Romarin, sport et peau : les secrets derrière l'efficacité de MyCollagenRepair

Romarin, sport et peau : les secrets derrière l'efficacité de MyCollagenRepair

Bien connu des amateurs d’herboristerie, le romarin a quelques propriétés étonnantes.
Au-delà de ses vertus aromatiques, il est utilisé en pharmacologie, pour les bénéfices santé qu’il procure et dont le large spectre couvre des problèmes très variés.
Anti-inflammatoire, anti-oxydant, anxiolytique, anti-diabétique… la liste des bienfaits sur l’organisme est longue.
Mais qu’est-ce qui rend le romarin si intéressant pour la récupération physique et la prévention des problèmes de peau ?
Comment en maximiser les bienfaits et quels sont les mécanismes à l’œuvre dans votre corps lorsque vous en consommez ?
Autant de questions auxquelles répond le complément alimentaire MyCollagenRepair, dans la lignée du savoir-faire de MyPureSkin qui place une fois encore la Science et la nature au cœur de sa formule.
Envie de profiter dès aujourd’hui d’un mieux-être à préserver sur le long terme ? Suivez le guide !

L'acide rosmarinique : le principe actif du romarin

Pour comprendre les effets du romarin, il faut d’abord plonger au cœur de sa composition.
Caractéristique de cette plante, l’acide rosmarinique est le principe actif à l’origine de bon nombre de ses propriétés.
Plusieurs initiatives de recherche ont permis de mettre en lumière les bienfaits multiples de cette molécule, dont :

  • Une étude publiée en 2004 par Naomi Osakabe et ses collaborateurs montrant les caractéristiques anti-inflammatoires et anti-allergiques de l’acide rosmarinique (1);
  • Une étude publiée en 2016 par l’équipe de Joshua Runtuwene explorant les effets régulatoires de l’acide rosmarinique sur la glycémie, pouvant contribuer à une meilleure gestion du diabète (2);
  • Une étude publiée en 2015 par Yin Zhang confirmant la pertinence de l’intégration de l’acide rosmarinique à des formules anti-âge. Cette étude s’intéresse principalement aux effets de l’acide rosmarinique sur les enzymes antioxydantes œuvrant dans les reins et le foie. Le sujet s’étend à l’évaluation de son impact sur la peroxydation des lipides dans des tissus dont le processus de vieillissement est déjà bien avancé (3).

Des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques reconnus

En application topique ou en consommation orale, l’acide rosmarinique a vu ses propriétés anti-inflammatoires et anti-allergiques expliquées à de multiples reprises.
L’étude d’Osakabe apportant sa pierre à l’édifice, on y apprend que la présence d’acide rosmarinique entraîne une diminution significative de certains globules blancs.
L’acide rosmarinique se place donc dans une logique de diminution de la réponse immunitaire mais peut en éviter un déclenchement incontrôlé en étant consommé en amont.

Des effets anti-diabétiques à l'étude

Dans son étude parue en 2016, Runtuwe montre que la consommation d’acide rosmarinique améliore la stabilité du glucose dans le sang. En d’autres termes : les concentrations minimale et maximale de sucre observées dans l’organisme sont moins éloignées et plus constantes, ce qui demande moins de travail au pancréas et au foie dans le cadre de son traitement et de son élimination.
Par ailleurs, cet effet bénéfique s’accompagne d’une meilleure régulation de la production d’insuline (elle-même étant dépendante de l’état de santé du pancréas et du foie). Cela a pour conséquence indirecte un vieillissement ralenti de ces organes, améliorant ainsi l’espérance et la qualité de vie du consommateur d’acide rosmarinique.
Enfin, comme le précise l’auteur, les sujets de l’expérience étaient atteints d’un diabète de type 1 ou d’un diabète de type 2, ce qui éveille depuis l’intérêt pour de nouvelles recherches sur l’utilisation de l’acide rosmarinique dans la création de traitements antidiabétiques de façon générale.
Toutefois, aussi utile qu’il puisse se révéler à l’avenir en traitement palliatif, son utilisation première trouve sa place là aussi sur un registre préventif, en amont du déclenchement de telles maladies.

Des effets anti-âge indirects mais bien compris

Comme le montrent des études telles que celle de Zhang, certains processus liés au vieillissement peuvent être ralentis, tels que l’augmentation du niveau d’oxydation (et donc le dysfonctionnement) des tissus du foie et des reins.
Cela s’explique par la stimulation de l’activité d’enzymes antioxydantes clés telles que la SOD (Super OxydeDismutase).
Cette enzyme étant essentielle à la mitochondrie pour la production d’énergie sous forme d’ATP (Adénosine TriPhosphate), l’acide rosmarinique se pose là encore en solution préventive et accompagnatrice du processus de vieillissement à l’échelle du corps tout entier.

Sport : comment profiter de ses bienfaits en limitant ses risques ?

Mais c’est dans le cadre du sport que l’acide rosmarinique s’est récemment illustré, au travers d’études dont les résultats sont la clé de l’efficacité de compléments alimentaires tels que MyCollagenRepair.
Si un exercice physique régulier est nécessaire pour maintenir votre corps en bonne santé, les réactions biochimiques qui l’accompagnent contribuent malheureusement à faire vieillir vos tissus plus rapidement.
Cela s’explique entre autres par l’augmentation du niveau d’oxydation de votre organisme.
Par ailleurs, la récupération physique (musculaire entre autres) peut être difficile et prendre plus ou moins de temps, sans compter que ce processus est de plus en plus difficile à gérer pour le corps en vieillissant.
Pour aider l’organisme à mieux récupérer, l’acide rosmarinique dispose d’un arsenal de réactions biochimiques étonnantes.
Mais pour le comprendre, faisons d’abord un détour par les effets du sport sur votre organisme.

Inflammations chroniques après l'exercice physique : une affaire d'intensité

Comme le rappelle une étude publiée en 2020 par Érica Cerqueira et son équipe (4), un exercice physique régulier d’intensité modérée renforce le système immunitaire.
L’élément central de cette observation, répétée par les médecins tient en deux mots : “régulier” et “modérée”.

Un système immunitaire sans pompe : la raison d’être du sport

Le système immunitaire (constitué entre autres de globules blancs tels que les leucocytes) ne dispose pas de pompe, à l’inverse du système sanguin qui bénéficie de la propulsion du cœur.
Par conséquent, les agents immunitaires (comme les leucocytes par exemple) ne peuvent pas se propager facilement dans tout le corps.
Le simple fait de bouger, marcher, courir, pendant quelques dizaines de minutes permet donc à ces derniers de circuler dans l’organisme.
C’est ce qui explique la nécessité de pratiquer un exercice physique régulier pour rester en bonne santé à tout âge.

Des molécules signal longtemps mal comprises

Toutefois, les globules blancs ne sont pas les seuls à naviguer dans l’organisme. En forçant ceux-ci à se mélanger au sang pour atteindre tous les organes, l’exercice physique fait également circuler des médiateurs inflammatoires.
Servant entre autres de molécules signal, ceux-ci impactent l’activité immunitaire lorsqu’ils sont en surnombre. Une telle situation peut se produire à la suite d’efforts physiques intenses et prolongés dans le temps (en séances régulières).
Longtemps mal compris, ces médiateurs sont aujourd’hui mis en cause dans le développement d’inflammations chroniques et, ultimement, dans le dérèglement du fonctionnement du système immunitaire.
En d’autres termes : les sports intenses pratiqués régulièrement ont tendance à créer un terrain propice à l’apparition de problèmes de santé en lien avec votre immunité (notamment les maladies auto-immunes).

Récupération physique et prévention d'inflammations chroniques : pourquoi l'acide rosmarinique ?

Ces conclusions, croisées avec celles d’une étude publiée en 2020 par l’équipe de Chunxu Luo (5), permettent de comprendre pourquoi le romarin contribue à prévenir certains problèmes de peau et améliore la récupération physique.
En effet, ladite étude rappelle que l’acide rosmarinique permet de prévenir et de pallier le déclenchement de crises pour des maladies sur un vaste spectre (cutané, gastro-intestinal, respiratoire…).
Parmi les maladies en question, on retrouve entre autres :

  • La dermatite atopique;
  • L’arthrite;
  • La colite;
  • L’asthme;
  • La rhinite allergique;
  • La pancréatite aiguë;
  • La mastite;
  • Diverses maladies parodontales.

MyCollagenRepair : la Science et la Nature au coeur d'une "formule mieux-être"

La compréhension intime de ces mécanismes et la capacité à faire fonctionner des ingrédients naturels aux bénéfices santé variés sont la marque de fabrique de MyPureSkin. C’est de cette approche qu’est né MyCollagenRepair, complément alimentaire à base d’extrait de romarin, parfaitement adapté aux sportifs de tout âge. Ciblant la reconstruction musculaire et la diminution des problèmes qui y sont liés (inflammations notamment), MyCollagenRepair offre également des effets appréciables en amont de l’effort physique. Profitant des propriétés antioxydantes de ses ingrédients, ce nutricosmétique prévient une oxydation trop importante de l’organisme lors d’une séance de sport afin de limiter les risques de vieillissement prématuré des tissus. Du muscle à la peau, en passant par les articulations, MyCollagenRepair mise sur la synergie de ses principes actifs pour vous aider à construire un mieux-être en accord avec votre mode de vie.

La nature au cœur de nos formules

Pour répondre à ces exigences, MyCollagenRepair renferme :

  • Des peptides de collagène (stimulant votre production de collagène endogène, essentielle pour la reconstruction de vos muscles, de vos cartilages et de votre peau);
  • De l’acide hyaluronique (incontournable pour assurer le niveau d’hydratation nécessaire aux réactions métaboliques en jeu dans votre récupération physique);
  • Des vitamines C et E (dont le pouvoir antioyxdant contribue à préserver l’intégrité de votre organisme avant, pendant et après l’effort);
  • De la SOD (Super OxydeDismutase), boostant vos défenses contre le stress oxydatif de l’intérieur et de l’extérieur de vos cellules.
  • De la coenzyme Q10 (intervenant dans les réactions de production d’énergie des mitochondries, au coeur de vos cellules, pour offrir à votre organisme toutes les chances de récupérer rapidement);
  • De la biopipérine, dont la présence améliore la biodisponibilité de tous les autres principes actifs de la formule, ce qui permet une meilleure assimilation et donc une maximisation de leurs effets;
  • De l’acide rosmarinique, extrait de romarin, dont le rôle déglycant garantit la pérennité du collagène présent dans votre organisme;
  • De la silymarine, extraite de chardon-marie, dont les propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes complètent parfaitement celles de l’acide rosmarinique.

Des effets pour la récupération physique à la hauteur de vos attentes

En tant que complément alimentaire de qualité premium, MyCollagenRepair se propose de vous accompagner dans votre routine santé et beauté en vous offrant :

  • Une protection antioxydante globale (de l’intérieur et de l’extérieur de vos cellules);
  • Les moyens de passer au niveau supérieur de votre nutrition pour vous accompagner dans votre quotidien, depuis vos exercices physiques jusqu’à votre routine beauté;
  • Une cure détox clef-en-main grâce à une synergie de principes actifs ayant déjà fait leur preuve : peptides de collagène marin, acide hyaluronique, acide rosmarinique et silymarine.

Prêt(e) à prendre mieux soin de vous avec votre première cure de MyCollagenRepair ? Rendez-vous sur la page qui lui est dédiée.

  1. Étude de Osakabe sur les effets anti-inflammatoire et anti-allergique de l’acide rosmarinique : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15630183/
  2. Étude de Runtuwene sur les effets anti-diabétique de l’acide rosmarinique : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4940010/
  3. Étude de Zhang sur les effets protecteurs de l’acide rosmarinique pour le foie et les reins : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25635678/
  4. Étude de Cerqueira sur les liens entre exercice physique intense et dérèglement du système immunitaire : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6962351/
  5. Revue des mécanismes à l’origine des effets anti-inflammatoires de l’acide rosmarinique sur les maladies caractérisées par des inflammations chroniques : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7059186/