Pourquoi associer la vitamine C et le collagène dans une formule d’accompagnement du vieillissement ?

Vieil ami des marins, la vitamine C a contribué à éradiquer un problème de santé publique grâce au développement d’une industrie agroalimentaire moins onéreuse.

Toutefois, au-delà de la prévention de maladies telles que le scorbut, la vitamine C se révèle riche de possibilités.

En effet, si la vitamine C de synthèse a su, à elle seule, combattre les carences qui régnaient jusque-là au sein des populations, elle a perdu en chemin ce qui faisait sa richesse de telle sorte qu’aujourd’hui les consommateurs sont de plus en plus sensibles à certains arguments tels que sa provenance.

Mais pourquoi donc préférer une vitamine C naturelle ? Quels bienfaits l’association vitamine C et collagène offre-t-elle à votre peau ?

L’équipe de MyPureSkin vous aide à mieux comprendre cette combinaison d’accompagnement du vieillissement des plus appréciables.

Vitamine C et collagène : le tout est plus que la somme de ses parties

Dans une publication du Monde datant de 2018 (1), on découvre avec étonnement que le scorbut serait de retour en Europe.

Mais la surprise du corps médical n’est que passagère puisque derrière ce constat, un autre s’établit : les recommandations nutritionnelles sont encore très largement ignorées.

En effet, les modes de vie contemporains ne permettant pas toujours de se nourrir comme il le faudrait, de plus en plus de consommateurs dans les pays développés finissent par recourir à des compléments alimentaires.

Besoins systémiques à couvrir, objectif de perte de poids à atteindre, prise de masse musculaire...

Cette pratique de plus en plus courante permet à des cahiers des charges très divers d’être remplis.

Ainsi voit-on fleurir sur les étagères des parapharmacies et boutiques spécialisées une offre de plus en plus riche : perte de poids, prise de masse, repousse des cheveux…

Au milieu de tous ces produits, la vitamine C revient souvent. Au-delà des besoins systémiques qu’il remplit (notamment pour éviter les symptômes du scorbut), ce principe actif est en effet riche d’un spectre d’action très vaste.

Mieux encore : il est capable de s’associer à d’autres ingrédients pour offrir des résultats encore plus appréciables.

Le collagène reste encore aujourd’hui quant à lui la star incontestée des formules d’accompagnement du vieillissement.

La vitamine C : une molécule essentielle et un partenaire biochimique incontournable

Essentielle au bon fonctionnement du corps humain, la vitamine C dispose d’une structure moléculaire qui lui permet d’être ambivalente.

Comme le rappelle en conclusion l’étude de Jens Lykkesfeldt (2) (une méta-analyse évaluant les résultats de plusieurs études antérieures), un régime alimentaire pauvre en vitamine C est corrélé à une espérance de vie plus courte et des risques accrus d’apparition de maladies chroniques.

De manière générale, on attribue à la vitamine C de nombreuses propriétés dont les plus connues sont :

  • Une fonction immunitaire (les protections de l’organisme s’affaiblissent en l’absence de vitamine C);
  • Une fonction métabolique (le niveau de vitalité a tendance à chuter drastiquement lors d’un épisode de carence);
  • Une fonction antioxydante (complétant la fonction immunitaire en neutralisant les radicaux libres pour limiter le niveau de stress oxydatif);

Toutefois, on évoque moins souvent certains autres effets très appréciés de l’industrie de la nutricosmétique ciblant le vieillissement tels que :

  • L’augmentation de la production de collagène et sa stabilisation;
  • L’accélération de la prolifération et de la migration des cellules fibroblastes (au sein desquelles a lieu la synthèse du collagène).

C’est au détour d’études sur des cellules fibroblastes en culture, issues de peau humaine, qu’il a été possible de mettre en lumière le rôle de la vitamine C dans la synthèse du collagène.

 

En effet, grâce entre autres aux recherches de Yuki Kishimoto (3) et de son équipe en 2013 (dans le prolongement d’études antérieures pointant vers des conclusions similaires), on sait que l’acide ascorbique (c’est-à-dire la vitamine C) stimule l’expression du gène responsable de la production de collagène.

 

Parallèlement à ces découvertes, les recherches de Bassem M. Mohammed (4) et de ses collaborateurs en 2016 ont permis de démontrer que la vitamine C stimule la régénération cellulaire des fibroblastes ainsi que leur maturation, ce qui accélère les processus qui permettent à l’être humain de “faire peau neuve”.

 

Tous ces éléments permettent de poser la vitamine C comme un partenaire incontournable pour le collagène que renferment les formules des nutricosmétique visant à accompagner le vieillissement, dont le rôle principal est justement la régénération cellulaire.

Le collagène, un allié sans pareil

On le trouve dans la plupart de ces formules : le collagène est le principe actif clef de la plupart des compléments alimentaires spécialisé dans l’accompagnement de la sénescence.

C’est parce qu’il est naturellement produit et utilisé par l’organisme qu’il fait sens d’y recourir.

les propriétés qu’on lui prête sont principalement :

  • Un raffermissement de la peau;
  • Une prévention de l’apparition de la cellulite;
  • De facto, une atténuation et une prévention des rides et ridules.

Provenance, éthique et effets sur le long terme

La question du traçage des ingrédients que sont la vitamine C et le collagène est par ailleurs de plus en plus posée.

En effet, l’éveil des consommateurs sur des sujets de société tels que la question du bien-être animal disqualifie de plus en plus les collagènes bovin et porcin.

À cet égard, fort heureusement, le collagène marin fournit une réponse.

Dans le même temps, la vitamine C de synthèse montre progressivement ses vraies couleurs.

Capable d’éviter l’apparition de maladies telles que le scorbut, la version synthétique de l’acide ascorbique est néanmoins dépouillée des traces de principes actifs qui s’y associent lorsqu’elle est naturelle (c’est-à-dire lorsqu’elle est extraite de fruits par exemple).

Phénols, silicium organique et autres oligo-éléments apportent clairement un lot de bienfaits que seuls des ingrédients tels que l’acérola sont capables de fournir, en plus de la vitamine C qui s’y trouve.

C’est entre autres la raison pour laquelle les consommateurs sont de plus en plus nombreux à préférer des ingrédients d’origine naturelle dans les formules des compléments auxquels ils recourent.

MyCollagenLift : un complément alimentaire riche en collagène et vitamine C

Si MyCollagenLift est aussi prisé par celles et ceux qui croisent sa route, c’est parce que l’équipe de MyPureSkin a quotidiennement à cœur d’œuvrer au mieux pour accompagner leurs efforts de préservation de leur santé cutané face au processus de sénescence.

Allié tout désigné d’une routine beauté adaptée à tous les âges, notre nutricosmétique permet en effet de contribuer au bon fonctionnement de votre peau grâce à une combinaison synergique faite d’ingrédients à l’origine 100% naturelle tels que :

  • Des vitamines C (extraite du fruit d’acérola) et E, toutes deux servant à la fois à soutenir vos défenses antioxydantes, à contribuer au maintien de la synthèse par votre corps d’un collagène endogène et à accompagner de façon indirecte la préservation de votre hydratation cutanée;
  • Des peptides de collagène hautement biodisponibles servant à accompagner votre production de collagène;
  • De l’acide hyaluronique, capable de porter sa masse en eau à hauteur de 1000 fois, pour contribuer à retrouver et conserver un niveau d’hydratation cutanée correct;
  • Des céramides de blé (sans gluten) allant dans le sens de cette optimisation de l’hydratation en soutenant les mécanismes naturels de votre corps servant à la prévention de la perte insensible en eau;
  • Du silicium organique servant à accompagner vos défenses antioxydantes en plus de contribuer à conserver une restructuration cutané saine;
  • Des OPC de raisin et du zinc connus pour leur rôle antioxydant.

 

Las des solutions d’entrée de gamme sans effets notables ?

Démarrez dès aujourd’hui une première cure de MyCollagenLift sur 3 mois pour profiter de résultats visibles dès 4 semaines et appréciables sur le long terme.

  1. Article du Monde sur la réapparition du scorbut : https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2018/09/09/le-retour-du-scorbut-une-maladie-que-lon-croyait-disparue/
  2. Méta-analyse de Lykkesfeldt sur les propriétés de la vitamine C sur la santé humaine : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2213231720302123
  3. Recherche de Yuki Kishimoto sur l’expression de certains types de collagène dans des cellules fibroblastes in vitro : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23228664/
  4. Étude de Bassem M. Mohammed sur le rôle de la vitamine C dans le processus de régénération cellulaire cutanée à l’issue d’une blessure : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7949787/